Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draéna

Draéna

Une vie parmi tant d'autres


1- Prise de fonction

Publié par Ranks sur 24 Novembre 2015, 10:11am

Catégories : #TESO

1- Prise de fonction

Draéna porte instinctivement sa main droite à son visage en voyant au loin la tempête de sable arriver vers elle. Regardant vers son campement de fortune composé d’une simple tente individuelle, elle espère qu’elle supportera les rafales de vents qui arrivent.

Après avoir protégé les naseaux et les yeux de son chargeur Yokudan, qu’elle tente de rassurer, elle s’enferme dans sa tente. Seule, elle se verse du thé dans son gobelet cabossé de la garde du Lion, dernier souvenir d’une époque révolue. Son esprit retournant quelques temps en arrière, malgré elle…


... La jeune Rougegarde s’avance d’un pas assuré dans les couloirs du château. Elle commençait à les connaître par coeur et son esprit ne pouvait s’empêcher de vouloir être ailleurs. N’importe où, mais dehors à l’air libre, loin de ces murs imposant.

Née pour combattre, sa vie n’avait été qu’entraînements, combats et perfectionnements. Sa voie était jonchée de souffrance, de sang, cicatrice et de morts. Elle ne regrettait rien, elle avait accepté cette voie, sans broncher, c’était de toute façon son destin. Et elle n’aurait de plus grand honneur que de mourir en ayant l’arme à la main, pour Alik’r et maintenant Daguefilante.

A 4 ans, comme le voulait leur tradition, elle fût emmenée dans le désert par son père. Il commença à lui enseigner la maîtrise des armes. Il était dur avec elle, ne lui laissant rien passer, il la frappait lorsque sa garde n’était pas assez haute et les coups qu’il portait n’étaient aucunement retenus. Il la rabrouait sans cesse, lui imposait des séances quasi quotidiennes sans eau, en plein désert, forgeant son corps, son âme et son esprit. C’était leur coutume, leur façon de vivre, il n’y avait rien à redire.

A 15 ans elle tua son premier ennemi, un pillard du désert qui avait tenté de les voler. Elle avait planté sa lame froidement dans le torse de l’homme qui en la regardant stupéfait mourut. Elle n’éprouva pas de remords, n’eut pas de compassion pour cette vie volée, elle avait fait ce pourquoi son père l’avait formée.

Après une année à démontrer son savoir, elle fût autorisée à rejoindre les rangs de l’armée de Sentinelle, elle fit la fierté de ses parents, même sis son père ne lui avouera jamais sa fierté. Intelligente et douée, elle fit rapidement preuve de discernement, d’acharnement et beaucoup de ses pairs lui donnèrent le surnom prémonitoire de la “Louve”. Toujours présente pour eux, elle savait les protéger ou les rabrouer quand il fallait. Son sens du groupe dépassait l’entendement.

Sa petite taille et sa faculté naturelle à se servir du décor pour se faufiler la firent intégrer les éclaireurs Rougegardes, une unité formée de petits groupes très mobile.

Mais tout ceci était bien avant Havre-Tempête et sa capitale Haltevoie...

« Ma Reine ? » Dit-elle arrivée à destination. S’inclinant, elle pose le genou à terre, baissant respectueusement le regard au sol. Il faisait frais dans la pièce et une odeur de fleurs fraîchement coupées embaumait l'air délicatement. La Reine fait signe à ses dames de compagnie de sortir et regarde Draéna un moment, avant de se lever pour se porter devant elle.

« Relève-toi, ma sœur. Pas de protocoles entre nous s’il te plait… »

En parlant, elle lui tend sa main délicate. Draéna pose sa main sur celle de sa Reine et se relève dans un cliquetis d’armure lourde. Tout en faisant attention à ne pas porter son poids sur la main de sa Reine. La Reine lui sourit et tout en l’invitant à s’asseoir, elle lui offre rafraîchissement, nourriture et reprends :

« Tu'whacca me jouerait-il un tour où tu portes une mine soucieuse ? »

Draéna reste debout, prends une grappe de raisin et picore, se demandant ce que lui voulait la Reine, elle répond :

« ... Je dors assez mal en ce moment... ! »

Elle ne parlera pas de ses insomnies. Ne laissant pas la Reine reprendre ou continuer ses investigations, elle demande :

« Que puis-je faire pour vous ma Reine ? »

Prête à répondre par l'affirmative a toute demande, Draéna attends. La reine se détourne et regarde au dehors, songeuse en croisant les bras. Le ciel était radieux et pour une fois il ne pleuvait pas.

« Tu sais… Je me sens comme un oiseau dans une cage. Je regarde entre mes barreaux dorés, sans pouvoir déployer mes ailes et m'envoler rejoindre ne serait-ce qu’un moment le désert… Mon père, notre soleil... »

Elle se détourne de la fenêtre pour regarder Draéna.

« … Notre sable me manque et Emeric est trop prit par les troubles de l’Alliance pour nous permettre de nous y rendre ! »

Elle soupire, semblant lasse. Draéna, elle, fronce les sourcils, ne comprenant pas où voulait en venir Maraya, ni ce qu’elle-même pouvait faire.

« Et toi Draéna ? Comment te sens tu ici même ? Réponds sans ambages ! »

La Reine s’approche et la regarde avec insistance, sans sourire et semblant sonder son âme. Draéna gênée par la question directe de la Reine Maraya détourne son regard pour regarder à son tour au dehors. Elle était soldat, elle ne pouvait étaler ses émotions. Pourtant il avait toujours été ainsi entre les deux femmes et ce depuis leur départ de Sentinelle et de la prise de poste par Draéna au service de la Princesse devenue Reine. La franchise était de mise.

« Eh bien.. Je.. » Elle regarde la Reine en inclinant légèrement la tête sur sa droite.

« ... C’est un honneur de vous servir et d’être chargée de votre protection… » Dit avec force et convictions. Elle avale un raisin avant de continuer.

« Mais… » Petit moment de silence dans la pièce.

«… Je reste un soldat, je serai plus efficace dehors à faire ce pourquoi on m’a... » Elle faillit dire dressée.

« ... Elevée. Vous avez ici plus de gardes à votre porte que l’armée ne compte d’hommes en arme... Mais notre Roi Fahara’jad m’a chargée de votre protection et je m’acquitterai de cette mission avec Force et Honneur. »

Elle s'incline solennellement. La Reine lui sourit et incline sa tête comme pour remercier la jeune femme de sa franchise. Elle semble réfléchir un moment tout en scrutant la jeune femme et prenant un ton de circonstance elle dit :

« Moi... Je ne suis plus libre de mes mouvements et… Pour te remercier de tout ce que tu as pu faire pour moi durant toutes ses années... Ici ou en Alik’r, j’ai proposé ton nom pour prendre un commandement au sein de l’armée de Daguefilante. Emeric te recevra d’ici peu… »

Elle se lève et s’avance vers la soldat en souriant. Posant ses deux mains sur les épaules de Draéna, la Reine ajoute avec un sourire moqueur :

« .. Je te connais ma sœur, tu serais capable de refuser l’offre, du fait de l’ordre que tu as reçu de mon père. Mais voici l’ordre que je te donne en tant que Maraya, Princesse d’Alik’r et Reine de l’Alliance de Daguefilante et j’espère ton amie :


Si le Haut-Roi décide de te proposer une charge, acceptes !

Veilles sur moi de dehors de ces murs, empêches les menaces d’arriver jusqu’à nous et notr
e peuple ! »

Quelques jours plus tard, Draéna reçoit ses ordres et le tabard des Eclaireurs du Lion des mains du Haut-Roi Emeric, qui lui laisse carte blanche pour recruter, former et veiller sur le royaume.

 

 

--------------------

La suite ici :

http://draena.over-blog.com/2015/11/2-qu-il-en-vienne-un-et-les-autres-suivront.html

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents