Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draéna

Draéna

Une vie parmi tant d'autres


10- La roue tourne

Publié par Ranks sur 24 Novembre 2015, 11:45am

Catégories : #TESO

10- La roue tourne

Assise sur la croupe du cheval de Nolwaën, la rougegarde a posée ses mains délicatement sur les hanches de celle-ci. Se demandant la destination finale de leur chevauchée dans le désert. Nonchalamment elle pose sa tête sur le dos de la jeune femme, fermant les yeux quelques instants, elle laisse son esprit divaguer pensant que Nolwaën avait trouvé un lieu où elles seraient seules, loin de tous pour qu’elles se retrouvent. Durant trois nuits elles ne s’étaient pas quittées, dormant ensemble.

 

Le cheval s’arrête en haut d’une dune, Draéna ouvre les yeux et scrute les alentours, ne voyant que du sable. Nolwaën se retourne et lui fait face…

 

La discussion qui s’en suit où plutôt l’interrogatoire musclé est loin du moment doux et sensuel dont a rêvé l’ancienne Capitaine. Elle réponds aux questions avec sincérité. Nolwaën se réfugiant derrière son titre et ses responsabilités d’Uetonga’r qui pense à la protection de la Horde contre le danger qu’elle représente. Ces responsabilités l’obligeant à lui poser ces questions et à lever le voile de doute qui pèse.

 

“Serais-tu capable de faire du mal à la Horde ?”

 

“Non jamais… Mais si je viens à devenir l’Autre je ne contrôle pas ses actes et pensées… Donc Oui l’Autre peut être un danger pour la Horde.”

 

“Si tu ne peux te contrôler, tu ne pourra jamais devenir Uetonga’r en ce cas !”

 

“Je n'ai jamais demandé à devenir Uetonga'r et je ne le souhaite pas.. Et c’est MON choix”

 

“Celui qui s’élève deviens Soleil, c’est le but de tous dans la Horde.. Pourquoi ne désires tu pas t’élever ?”

 

Draéna la regarde suppliante d’arrêter cet interrogatoire qui la mets mal à l’aise, son cœur bat plus fort, ses yeux se mouillent de larmes.

 

“A cause du serment de sang, Je suis maudite, je ne peux partager mon sang avec Yamir. Je ne peux risquer de le contaminer.. Ensuite, un serment de sang engage, que deviendrai-je si un jour je dois partir de la Horde parce que justement je suis devenue trop dangereuse ?!”

 

D'autres questions, d'autres réponses jusqu'à :

 

“Tu dois apprendre à te contrôler ou quitter la Horde !”

 

Le coup porté est dur, Draéna comprends que la discussion est devenu un combat où Nolwaën ne retient pas ses coups. Elle sert les poings, ne comprenant pas comment la femme si douce, si prévenante, pour qui Draéna a laissé tomber l’armure, pouvait lui dire cela. Elle descends du cheval, furieuse, son esprit bouillonne, elle sent une douleur dans son cœur. Comme un coup de poignard qui aurait traversé les chaires et atteint le muscle. La douleur est vive et remonte jusqu’à son esprit, elle sent les larmes qui coulent sur ses joues.

 

“J’ai déjà eu cette conversation avec l’Ugakta’r et une décision a été prise..”

 

“Quelle est cette décision ?”

 

“Demande lui ! Est ce Lui qui t’envoie ? Ne peut-il venir Lui-même me chasser ? ”

 

“Non, L’Ugakta’r ne m’envoie pas, je viens en personne.”

 

La réponse est dure, Draéna aurait préféré que Nolwaën obéïsse à un ordre. Est-ce cela l’Amour ? Une douleur si terrible qu’on souhaites mourir sur place ou voir l’autre mourir pour que la douleur s’arrête ? Pourquoi doit-elle supporter ceci plus longtemps pourquoi ne pas mettre un terme à cette voix qui l’assaille… Comme dans une sombre forêt épaisse, elle entends l’Autre arriver à pas de loup. Faisant trembler et craquer quelques feuillages à son passage, il arrive doucement, ricanant sûr qu’il allait se repaître d’un coeur frais.

 

“Je.. dois.. Me concentrer.. Non.. Pas ça.. Je dois.. résister !” Se parlant à elle même, elle s'assoit en position de méditation comme lui a montré Lisath. Fermant les yeux, elle tente de faire abstraction de tout ce qui l’entoure et surtout des paroles de Nolwaën qui continue de la questionner. Elle respire profondément, laissant son esprit partir sur un événement paisible de sa vie.

 

“Pars.. Laisse moi. PARS MAINTENANT!!” Lance t’elle à Nolwaën. Ses yeux habituellement verts sont devenus jaunes. Nolwaën recule et sort son arc.

 

La lutte intérieur qui s’ensuit est vive, lorsqu’elle pense avoir gagné et que l’autre ne surgira plus, celui-ci revient à la charge plus fort. Nolwaën ne parle plus, elle reste en retrait prête à tenter de la tuer et observe.

 

* Pauvre sotte, crois tu qu’elle pourra me vaincre avec son arc ? Je la laisserai me tirer dessus, croire qu’elle peut me tuer, je jouerai avec elle comme un chat avec une souris, pour ensuite me jeter sur elle, lui arracher le cœur et lui montrer avant de le dévorer* Ricane l’autre dans son esprit.

 

* Je ne te laisserai pas faire !*

 

* Elle te hait, elle veut te voir partir, ne le comprends tu pas ? Elle a peur de Toi... *  Continue la Bête cherchant à déstabiliser Draéna. celle-ci sert les dents, respirant de plus belle, faisant revenir un peu de calme dans son esprit.

 

* Elle a profité de toi, ne le vois tu pas ? Elle t’a dominé, fais de toi sa poupée.. Tu es faible.. Lâche et stupide !! Laisse moi te venger, lui faire ravaler ses paroles et son impudence ! * Draéna sent la volonté de l’Autre tressaillirent.

 

* Tes paroles ne m’atteignent pas Démon... Je la protégerai comme je les protégerai Tous de Toi.. Pars maintenant tu es vaincu.. Pars et ne reviens pas..*

 

L’Autre rit et le calme se fait dans l'esprit de la jeune femme, laissant à Draéna un goût amer. Comme si l’Autre n’avait en fait que cherché à tester Draéna et sa capacité à lui résister. Elle ne prends pas cette non transformation comme une victoire, mais comme un avertissement. Se relevant elle sent son corps épuisé, le combat fut terrible. Alors qu’elle entends la voix de Yamir demandant ce qui se passe.

 

Draéna s’affale sur l’encolure du cheval, totalement vidée de toute énergie et finit par vomir. Le retour vers le campement est diffus, oscillant entre conscience et inconscience. La seule parole qu’elle a est :

 

“Mon père avait raison, il a toujours eut raison..”

 

Revenant loin dans le passé elle se revoit assise en tailleur devant son père, celui-ci la regarde avec douceur et dit :

 

“Les sentiments comme l’Amour, la Haine, la Colère amènent le guerrier a faire de mauvais choix et donc a s’éloigner de la voie de l’épée...

 

Comment combattre si ton esprit est tourné vers ceux que tu aimes, comment décider si ton esprit penses que celui que tu aimes pourrais mourir…

 

Ignore ces sentiments, laisse les enfouis au plus profonds de toi, ne les laisse pas transparaître et guider ton chemin...

 

Ce lourd sacrifice t’évitera de nombreuses souffrances plus amères qu’un coup d’épée. Car les cicatrices faites par les Sentiments sont indélébiles et l’esprit les garde en mémoire à tout jamais…

 

Tu apprendra par la suite que certaines personnes se servent des sentiments pour contrôler les autres personnes… “

 

Dranéa acquiesce et demande de sa voix d’enfant :

 

“Tu es le plus grand des guerriers que je connaisse.. Donc.. (de l’anxiété dans la voix) tu n’aimes pas Mama alors ?” En tordant ses mains. L’homme sourit et regarde une épée forgée il y a longtemps et dont il se sert tous les jours. La caressant du regard se remémorant son Maître et les heures d'entraînement endurées, il dit :

 

“Si ma fille, je l’aime.. Mais j’ai fais le choix de me détourner de la voie de l’épée pour elle… ” N’ajoutant pas “Et toi”.

 

 

----------

La suite ici :

http://draena.over-blog.com/2015/11/11-remede-et-poison.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents