Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draéna

Draéna

Une vie parmi tant d'autres


11- Remède et Poison

Publié par Ranks sur 24 Novembre 2015, 11:47am

Catégories : #TESO

11- Remède et Poison

C’est en boitillant que Draéna entre dans la tente des Trail’r, un regard vers celle des Uetonga’r et de Nolwaën qui se repose. Il faudra qu’elle lui parle, pour lui exprimer son pardon d’avoir laisser son propre cœur guider son esprit, son pardon de n’avoir pas su résister à cet appel insensé. Mais il faut qu’elle fasse le pas. Qu’elle mette de côté sa fierté rougegarde et son orgueil de femme blessée et ce pour franchir le pont qui la sépare de Nolwaën. Mais pour le moment elle ne se sent pas la force ni le courage de le faire, alors elle entre sans mots dans la tente.

 

S’asseyant sur sa couche, elle défait ses bottes en étouffant un cri pour ne pas réveiller les autres. Elle se penche en avant et ferme les yeux à l’odeur de fauve de l’Ugakta’r qui emplit son esprit. Odeur qui semble s’être imprégnée et répandue sur ses vêtements et son corps. Ces effluves libèrent des images fugaces de la soirée passée avec Yamir et elle sourit bêtement. Elle s’était rapidement sentit physiquement attirée par le Khajiit, sûrement parce qu’elle aurait aimé être comme lui, posséder la force, la puissance et la rage tout en conservant un esprit lucide de combattant. Son loup, lui n’était que rage et dévastation, cet esprit étant uniquement tourné vers le sang, la chasse et la mort. Elle pense également que Yamir la comprends. Chaque conversation avec lui est une source d’inspiration et d’ouverture sur de nouvelles questions ou raisonnements. Ceci permettant à la jeune femme de comprendre un peu mieux son état et de le combattre.

 

La conversation commence sur les fioles contenant le remède et le poison à son mal. De quoi l’éliminer ou sauver une vie. Elle n’a pas peur de mourir. Prenant même cela pour une libération inéluctable, elle se propose de porter une fiole de belladone sur elle. Lui permettant ainsi de la boire et se tuer si jamais l’Autre devenait incontrôlable. Elle ne prends pas la "découverte" de l’existence de ces fioles comme un avertissement ou une menace de la part de Yamir. Au contraire, c'est pour elle une marque de considération et elle l'en remercie. Savoir que la Horde se prémunissait de ce qu'elle peut faire, la rassure. Savoir que la Horde prenne ces précautions pour qu'elle puisse rester la touche.

 

Rouvrant les yeux, elle défait les bandages et regarde sa jambe. Elle constate que cela ne saigne plus, la plaie s’est refermée et commence à cicatriser. Seul le muscle reste douloureux et la fait boiter.

 

*C’est véritablement le seul avantage que me procure cette malédiction..* pense t’elle en retirant complètement le bandage, qu’elle lavera plusieurs fois à l’eau chaude le lendemain.

 

S’allongeant habillée comme à son habitude de soldat, elle regarde le toit de la tente, revenant à la soirée. Yamir parle calmement, sans heurts et c’est ce qu’elle apprécie : cette capacité à calmer les esprits juste par la parole. Elle n’a jamais aimé les éclats de voix ou ceux qui parlent fort pour se faire entendre. Estimant qu’on peut s’entendre sans hurler, à moins que cela ne lui rappelle les cris de son père quand il avait trop bu.

 

Ils parlent longuement, les questions se suivent et chacun y va de ses réponses.

 

“Je crains pour la vie de Nolwaën ! Demain soir, j’irai au plus loin, sûrement au delà des mines de Kulati pour qu’Il ne puisse avoir le temps de revenir..” Dit-elle.

 

“.. Mrrr… C’est seulement à quelques heures de Bergame… Et il ne pense pas que sa Bête veuille tuer Nolwaën... Il pense plutôt qu'Elle veut se reproduire..” Dit Yamir en lui caressant le ventre de ses griffes.

 

“.. Reproduire ?!” Ne comprenant pas.

 

“Mrrr-ouii… Faire de Nolwaën une des leurs…” finit-il de dire en la regardant.

 

Puis les mots laissent place à des gestes plus prononcés. Il y a encore peu elle ne se serait pas retrouvée dans les bras de l’Ugakta’r, s’il n’y avait pas eut cette nuit. Revoyant Prisea, Sharih, et Yamir dansant sous le regard de Merwyn. Si Prisea ne lui avait pas lancé ce regard évocateur. Comme une invitation a entrer dans la danse, à les rejoindre et partager ce moment qui finirait tard dans la nuit. Cette nuit là, elle avait comprit et fut "rassurée" : quoiqu’elle fasse, cela n’entacherai en rien l’amour que Rage et Raison se portait l’un l’autre.Et Yamir lui confirme le fait et demande en retour :

 

“Et elle ? N’a t’elle pas peur de s’éprendre de ce Khajiit Mrrr.. ?” Taquin

 

“Mais je t’aime déjà.. !” Dit-elle en souriant avant d’ajouter “... Comme j’aime Prisea et mes Frères et Soeurs de la Horde…”

 

La rougegarde sourit sur sa couche en repensant à la suite. Dehors un bruit attire son attention. Ecoutant un moment, elle revient sur cet Etranger qui est arrivé le soir-même et a assisté à la cérémonie. Une connaissance de Yurdanur, qui ne semble pas la porter dans son coeur. Draéna se relève et remet ses bottes en grimaçant.

 

*S’il n’y avait pas eu les torches, Asgeir aurait perdu..!* Plus furieuse contre elle-même et sa peur du feu que contre Asgeir qui avait combattu avec Force et Honneur.

 

Sortant de la tente elle va en boitillant rapidement vers la tente de l’Etranger, humant l’air un moment, elle constate que le bruit n'est qu'une gourde vide ballotée par le vent et qui cogne contre le montant de l’auvent. Relevant la tête elle regarde vers la colonne du Temple qui est à demi ensevelie. Durant ses longues nuits, elle avait soigneusement évité cet endroit lorsqu’elle avait senti Yurdanur ou Malik, ou simplement entendu leurs voix, leur laissant la place. Elle faisait naturellement un détour. Retournant se coucher, elle s’arrête et pose sa main sur le montant de la tente. Son regard effleure les lunes qui seront pleines dans deux nuits. Dans son esprit un sentiment d’envie, de hâte et de plaisir l’accompagne déjà.

 

*Demain soir je partirai... Demain soir il sera temps... *

 

----------

La suite ici :

http://draena.over-blog.com/2015/11/12-songe.html

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents