Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Draéna

Draéna

Une vie parmi tant d'autres


7- Terrains de Chasse

Publié par Ranks sur 24 Novembre 2015, 11:27am

Catégories : #TESO

7- Terrains de Chasse

*Il est temps !* pense la jeune femme en sortant en silence de la tente des Trail’r, elle regarde le campement où chacun vaque à ses occupations. Elle a repoussé le moment de son départ au plus tard, ne devant partir que le soir même. Mais elle sent son énervement croître de minutes en minutes et le risque qu’elle fait courir aux autres est trop grand. L’île n’est pas grande et là où elle devait aller, il ne lui faudrait pas beaucoup de temps, elle estime que demain avant midi elle sera non loin de sa destination. Sans bruits elle quitte le campement de la Horde, en me manquant pas de prévenir de son départ.

 

Quelques jours plus tôt, elle souffle à Yamir l’idée de laisser l’Autre s’occuper des Gobelins de la mine. En entrant dans la mine, la nuit de Lune Rousse, elle est sûre que l’Autre saura se repaître des Gobelins. Surtout qu’Elle semble curieuse du goût des Gobelins. Lors de leur première incursion dans la mine, Elle lui a déjà susurré de goûter ce sang de Gobelin qui a giclé sur son armure. Draéna n’a résisté à ce geste uniquement parce qu’une autre vague de Gobelins arrive sur eux. Draéna est sûre que l’Autre en tuera un maximum, puis une fois le ménage fait, la Horde n’aura qu’à venir se servir ou terminer le travail… Bien entendu ce plan comporte des failles, qu’elle déclare de suite à Yamir. D’abord, les parents de Rosie risquent, s’ils sont encore en vie, de terminer sous les crocs de l’Autre. Ensuite rien n’est dit qu’elle en ressortira vivante. Mais ceci est le cadet de ses soucis. L’Ugakta’r prends le temps de la réflexion et lui déclare qu’il y a un second camps de Gobelin, plus à l’Ouest à une heure de marche de leur campement et bien plus loin des activités de la Horde. Il ajoute également qu’elle s’est déjà fait remarquée et qu’une simple association d’idée peut amener des personnes à assimiler l’arrivée de la Horde aux attaques du Monstre. Draéna acquiesce.

 

Elle marche donc toute la journée pour retourner au campement de fortune qu’ils ont quitté quelques jours plus tôt. Armée de son épée et de son bouclier, elle porte une outre d’eau en bandoulière. Pas de nourriture, pas de vêtements de rechange. Elle contourne Port Hunding pour qu’on ne la remarque pas. Passant la nuit à l’emplacement du campement, elle reste à méditer, cherchant à calmer l’Autre en respirant profondément et faire comme lui a indiqué Lisath.

 

Au petit matin, elle s’enfonce vers l’ouest en direction du campement Gobelin. Arrivée à moins d’un kilomètre, l’odeur des Gobelins emplit ses narines, un rictus de satisfaction se lit sur son visage et elle s’accroupit. Levant le regard vers le ciel, elle voit le soleil encore bas. Estimant donc qu’il est encore tôt dans la journée. Avec précaution elle s’approche du campement Gobelin. Mettant en pratique ses années d’éclairage, elle se dirige vers le sud pour garder le campement Gobelin sur sa droite et surtout restée face au vent…

 

*Zut !* Accroupit, elle voit devant elle une falaise qui tombe à pic.

 

Sur sa droite elle a en visuel le campement Gobelin à environ 800 mètres. Elle comprends que celui-ci n’offre qu’une seule entrée et donc qu’une seule possibilité d’attaque. Facile à défendre, mais peu de possibilité de repli pour eux. Elle retourne donc sur ses pas, elle a encore le temps. Du regard, elle scrute le paysage jusqu’à trouver un recoin assez proche de l’entrée, à l’ombre et à l’abri des regards. Elle s’y installe et attends la nuit patiemment.

 

Durant son attente jusqu’à la nuit et sa transformation, son esprit revient sur les derniers jours au sein de la Horde. Elle repense à Yamir, avec qui elle eut des discussions privées sur sa condition de Lycan. Il semble craindre pour elle mais plus encore pour la Horde, ce qui est compréhensible et normal pour l’Ugakta’r. Elle apprends qu’elle ne fut pas la seule à intégrer la Horde avec ce problème. Le fait de savoir que d’autres Lycans étaient déjà passés par la Horde la rassure. D’une part Yamir comprends donc réellement le danger qu’elle représente et d’autre part il ne cherche donc pas à contrôler ce pouvoir destructeur. Mais savoir qu’ils sont tous partis de la Horde lui laisse peu de place pour penser à un avenir au sein d’Hel Do Alik’r, mais elle ferait au mieux. Elle tente de le rassurer sur le fait qu’elle est très consciente de ce qu’elle peut faire comme mal et dégâts et elle lui fait promettre une chose qu’elle n’aurait jamais cru devoir demander à quelqu’un : La tuer sans regrets, ni pitié si elle devient incontrôlable.

 

Elle sourit au souvenir de la proposition de plaisir charnel du Khajiit. Depuis très longtemps elle a oublié sa condition de femme, les combats, l’armée puis sa fuite en avant pour contrôler l’Autre, l’a petit à petit forcé à mettre de côté sa féminité. Même si plusieurs membres de la Horde lui avait dit qu’elle était une femme, et même une belle femme, elle a encore du mal à se laisser aller. La question du sexe semble une question de premier ordre au sein de la Horde. Entre les divers membres, des couples se sont formés et elle ne doute plus que tous la regarde en se posant des questions. Ses préférences sexuelles n’ont jamais été évoquées, quand à ses envies de plaisirs charnel, elle les a tout simplement mises de côtés. Par obligation, parce qu’elle avait des doutes sur ses capacités à contrôler sa transformation au moment des ébats.

 

Telle une mante religieuse dévorera t-elle celui ou celle qui lui donnera du plaisir ? Yamir semble prêt à courir ce risque. Le Khajiit étant hédoniste, c’est donc simple pour lui.

 

Mais il est Ugakta’r !

 

Dans d’autres circonstances, la curiosité de la jeune femme l’aurait poussé sans hésitations dans les bras et la couche du Khajiit, ses expériences passées s’étant limitées à des Nordiques, Brétons et Rougegardes, homme ou femme cela n’eut pas d’importance pour peu que le plaisir y soit. Elle le trouve certes très attirant, sa couleur sombre avec des reflets, sa musculature qu’on devine aisément et dont il joue. Sa façon de se mouvoir comme si chaque geste est calculé et cette attitude de dominant… Et c’est sûrement cela qui l’attire, ce côté prédateur. Mais elle se demande si l’attirance qu’elle semble éprouver pour Yamir n’est pas accentué ou dirigé par l’Autre ? L’Autre ne chercherait-elle pas encore à démontrer sa toute puissance et ses capacités de dominance même dans des ébats ?

 

Enfin prendre du plaisir avec lui, outre le danger qu’il encourt, peut être mal perçu par les autres mais surtout, Draéna prône le : Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse. Par respect envers Prisea sa Tukta’r, elle résiste pour le moment à cette curiosité qui ne peut que les mettre mal à l’aise l’une ou l’autre à un moment. De plus, elle se connaît et pour elle, le mariage est un sacrement. Une fois mariée, elle n’apprécierait pas du tout que son mari laisse sa curiosité l’emporter et aille partager la couche d’une autre.

 

Jalouse, Vindicative et Rancunière ? En amour oui. Elle estime donc que toutes les femmes sont comme elle, même si elles disent le contraire.

 

Un soir, vint la question du mariage et des enfants autour du feu de camps. Son éducation sur le mariage ne laisse pas de place à la mixité des races. Ne jugeant absolument pas les autres, pour elle, seul un Rougegarde est enclin à la comprendre. Mais pour l’heure un mariage ne risque pas d’arriver. Les Rougegardes sont trop peu nombreux au sein de la Horde, il y en avait bien eut un, qui avait attiré son regard et la faire se sentir mal à l’aise. Mais son chemin s’est éloigné de la Horde. Concernant les enfants, nuls doutes là-dessus : Pas d’enfants ! Elle a lu que sa malédiction est transmissible aux enfants à naître. Le risque est donc trop grand. Quand à l’adoption, elle a déjà du mal à gérer sa propre vie pour en plus, devoir se charger ou s’inquiéter pour un enfant.

 

La nuit vient sur elle l'enveloppant comme une couverture douce et réconfortante. Les lunes apparaissent rondes et pleines, projetant leurs lumières sur le camps Gobelin, qui se fige lorsque la transformation de Draéna débute par un long hurlement de douleur. La transformation est nettement plus rapide comme si l’Autre souhaite ne pas perdre un seul instant de Sa nuit de Chasse.

 

Le carnage est méthodique, l’Autre ne laisse aucun Gobelins en réchapper, et pourchasse ceux qui se sont enfuit.

 

 

Draéna se réveille dans une plaine verdoyante. Une nappe de brouillard couvre toute la plaine et des bruits lui parviennent de partout. Portant la main à son front, elle essaye de remettre ses idées en place. Elle constate qu’elle est habillée et porte son épée et son bouclier dans le dos. Se levant, elle regarde et voit au loin des Dreughs, des Serpents Géants… Partout grouillent des prédateurs plus dangereux les uns que les autres. Ses capacités sensorielles sont décuplées, elle voit plus loin, entends chaque sons plus distinctement et les odeurs lui parviennent avec plus de netteté. Faisant un tour d’horizon du regard, elle aperçoit deux formes qui gambadent à quatre pattes vers elle. Fronçant les yeux, portant son attention auditive vers elles, elle reconnaît ces formes.

 

“Que Tu’whacca me donne la force pour vaincre ces Loups-garous !” En prenant son bouclier et son épée, prête à combattre. Les deux Loups-Garous s’arrêtent à quelques mètres de la jeune femme, se relevant sur leurs pattes arrières, ils la regardent de toute leur hauteur en écumant de bave et grondant.

 

Sortie de nulle part une voix autoritaire dans son esprit lui dit : “Suis les Draéna !”

 

L’un des Loups-garous fait alors un geste de sa patte comme pour indiquer un chemin sans pour autant manquer de claquer de la mâchoire comme pour la mordre. Puis il part dans cette direction et s’arrête à une dizaine de mètres. Attendant qu’elle le suive.

 

De nouveau la voix dans son esprit dit : “Ils t’escorteront jusqu’à moi.. Suis les, sans crainte !”

 

Elle hésite quelques secondes, puis suit les Loups-garous. Escortée par eux, elle traverse les plaines. De toutes part des monstres. certains s’enfuient sur leur passage, d’autres grognent ou montrent leur puissance en se faisant plus gros qu’ils ne sont. Un serpent géant plus téméraire lui, s’aventure trop près du groupe et se fait déchiqueter par les deux Loups-Garous. L’attaque est aussi sauvage que rapide, ils ne prennent pas le temps de dévorer le serpent. Au loin se dessine peu à peu un autel qui semble être la destination finale du groupe. Les loups-garous s’obligent a l’attendre et gronde après elle comme pour lui signifier qu’elle est trop lente. Leur vitesse de pointe à quatre pattes n’est pas égalable par un humain, ni un cheval de course d’ailleurs.

 

Arrivée devant l’autel, elle voit deux formes éthérées, un guerrier qui se tient en retrait bras croisé et un cerf.

 

 

*T’es en plein cauchemars… Les Gobelins avaient bouffé des champignons hallucinogènes ?* Se demande t’elle.

 

“Bienvenue Draéna, je suis heureux de te rencontrer enfin… Tu es ma plus belle création..”

 

La forme éthérée du cerf lui parle, elle regarde au dessus de sa tête et voit la statue d’un Daedra au corps d’homme et à la tête de cerf, armé d’une lance et flanqué de deux loups.

 

"Hircine !" Dit-elle avec hargne en regardant le cerf qui s’incline et reprends.

 

“Appelle moi Le Chasseur ! Tu es très... Prometteuse Draéna… Je t’ai vu te battre puis tuer et te repaître de ce géant dans le désert.. Quelle chasse, magnifique, grandiose… J’ai bien cru que tu n’y arriverais pas et pourtant... Tes capacités naturelles me seraient très utiles, si seulement tu acceptais ce que je t’ai offert !”

 

“Où sommes nous ?” En regardant aux alentours si l’une des bestioles ne va pas surgir pour la tuer. Derrière elle les deux Loups-garous attendent un ordre et semblent faire le guet.

 

“Sur mes terrains de chasse bien sur ! “ Dit le cerf semblant s’amuser.

 

“Je… Suis morte ??” Répond-elle avec force.

 

La forme se métamorphose en un humain armé d’un arc dans le dos, tout en riant il s’approche de la Rougegarde.

 

“Non...Pas encore… !" Comme une promesse à venir.

 

"Je tenais à te rencontrer, car tu m’as quelque peu déçu et je me dois de te rappeler certaines valeurs…” Le fantôme tends une main pour toucher le front de la jeune femme qui se recule, tendit que le doigt sans consistance traverse son front.

 

“.. Je tenais aussi à ce que tu te contemples…” A ces mots il retire son doigt éthéré du front de la jeune femme qui ressent une vive douleur dans le corps, elle sent que quelque chose la quitte, que quelque chose sort d'elle par tous les pores de sa peau. Fermant les yeux, elle hurle de douleur… La douleur s’efface aussi rapidement qu’elle est intervenue et lorsqu’elle rouvre les yeux, devant elle se tient l’Autre. Pas loin des deux mètres trente, le pelage sombre sur tout le corps. Plus touffus au niveau du torse et du bas ventre, des pointes ici et là de poils plus clairs. Ses yeux jaunes brillant qui la fixe. Des crocs blancs comme l’ivoire acéré et des pattes longues où l’on aperçoit des griffes acérées. Pour la première fois Draéna voyait sa forme Lycan et bien qu’elle ne l’avouera pas, elle l’a trouva belle et dangereuse.

 

“.. Tu vois comme tu es belle sous cette forme.. Bon, tu es aussi ravissante sous ta forme humaine, bien que je te trouve un tantinet vieillotte avec tes principes moralisateur du bien, du mal.. Pffff…” Le Chasseur caresse le museau de l’Autre qui baisse la tête pour profiter au mieux de cette marque d’affection du Maître. Elle ronronne même.

 

“... Là c’est vraiment Toi.. Puissante, bestiale, sans peurs, ni remords... Capable de tout dévaster...Tu pourrais conquérir un royaume si tu le voulais ! Si tu t’acceptais… “ Le Daedra la regarde.

 

“... Bref... Revenons à mon courroux.. Le don que je t’ai offert ne doit pas servir tes intérêts propres où ceux de tes amis… Tu dois d’abord penser à la Chasse et à ton maître.. Moi ! ”

 

“Je n’ai pas de Maître et Tu ne m’as rien offert, ce fut un stupide accident..” réponds la Rougegarde en serrant les mains et en le regardant dans les yeux.

 

“.. Rien n’arrive pour rien.. J’offre toujours une chance à mes proies, toujours ! Pour ce qui t’es arrivée, celui que tu as tuée, était à l’origine un Chasseur que j’avais envoyé effectuer une petite tâche, malheureusement pour lui, il a échouer de fait le Chasseur est donc devenu Proie. Mais revenons-en à Toi… Que désires tu le plus au monde, ma belle louve du désert ?” Son ton était mielleux, ce qui ne laisse rien présager de bon.

 

“.. Le plus au monde ? Qu’Elle ne me pourrisse plus la vie..” En désignant l’Autre qui bave sous les caresses.

 

“.. En te permettant de contrôler ta métamorphose ? Par exemple ?” Dit le Daedra qui l’a amené là où il voulait.

 

“On peut contrôler sa métamorph…?” Commence t’elle avant d’être coupé par Hircine.

 

“... Idiote.. Tu crois savoir mais tu es ignorante ! Le Don du Loup n’est rien d’autre que la manifestation de la Bête qui sommeille en chacun de vous autres Humain. La métamorphose est comme une pensée, une envie et à ce titre : Oui, cela est possible de contrôler celle-ci. Certains de mes chasseurs ont avec le temps réussit à maîtriser leur Loup, jusqu’au point où aujourd’hui ils peuvent ou non se transformer à volonté… Mais pour arriver à un tel contrôle, il faut déjà ACCEPTER son Don… Accepter son Loup !” Le Chasseur la regarde avec colère tout en continuant de caresser l’Autre.

 

Draéna elle, baisse les yeux au sol semblant réfléchir.

 

“.. Il y a bien… Un autre moyen..” Dit le Daedra pour appâter de nouveau la Rougegarde qui relève le regard vers lui pleine d'espoir.

 

“... Un anneau.. Unique qui scelle l’esprit du Loup… Vous autre humain l’avez appelé l’Anneau D’Hircine…” Dit il en se grattant le menton.

 

“.. Et.. comment l’obtiens t’on ?” Avide de réponse.

 

“... Il est Unique et il est attribué au meilleur de mes chasseurs… Je connais le nom de ce chasseur, là où il se trouve. Quand un autre chasseur est désireux d’obtenir cet artefact, je… Les mets en.. Relation…” Sourire carnassier du Chasseur.

 

Draéna fronce les sourcils comprenant que la mise en relation n'est rien d'autre qu'une Chasse menant à un combat à mort entre deux loups-garous.

 

“... Je ne tuerai pas pour Toi… Ni pour ton plaisir !” Renchérit-elle.

 

Il rit en se tenant le ventre éthéré, et dit :

 

“Mais… Tu le fait déjà… Pauvre sotte ! Si un jour tu souhaites rencontrer le porteur de l’anneau… Va à l’un de mes Autels avec une offrande digne de Moi et je viendrai te trouver en songe… Pour l’heure je te le redis une unique fois.. La chasse de la Lune Rousse n’est pas faite pour servir tes propres intérêts, ce que tu fais les autres jours te regarde toi et ton Loup. Mais ce jour là, j’aurai un regard tout particulier pour la Chasse que tu entreprends… Et si je ne suis pas satisfait.. Je t’enverrai un Chasseur qui saura te trouver toi et tes amis…

 

… Me suis-je bien fais comprendre… Mortelle ?”

 

Elle frémit à la menace non dissimulée du Dieu de la Chasse.

 

“Oui... J’ai parfaite… “ Commence t’elle alors que son esprit sombre dans le noir… La dernière chose qu’elle entendra comme un écho est :

 

“Et... Acceptes le Don, sinon tu finira comme une bête sauvage… ”

 

Le réveil est pénible. Elle est nue, sur le haut d’une falaise. Le soleil est déjà haut et elle est en sueur. Son esprit est embrumé et les images de son rêve reviennent petit à petit. Elle se demande si elle a simplement rêvée ou bien si Hircine l’avait bien convoqué sur ses terrains de Chasse.

 

Une chose est sûr pour l’instant : en se tenant le crâne lourd comme après une soirée trop arrosée et regardant vers le bas à plus de 200 mètres, la descente va être sportive...

 

----------

La suite ici :

http://draena.over-blog.com/2015/11/8-entrainement-nocturne.html

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents